Resurrection of Jesus

La fin d’un mariage ou la possibilité d’une révélation

La multiplication des échecs conjugaux dans le milieu catholique l’atteste : de plus en plus de mariages présumés sacramentellement valides se révèlent invalides parce que non-viables pour des raisons qui, bien souvent, dépassent la bonne volonté et la sincérité des intéressés. Le bilan pastoral de nombreux prêtres est sans appel : la plupart des mariages sacramentels célébrés dans les formes ne sont pas valables faute de discernement de la part d’au moins l’un des conjoints.De nombreux prêtres le confient en privé. C’en est même un secret de Polichinelle…

Mais dans une société de la consommation où le consumérisme imbibe les personnalités jusque dans les moindres replis de leur psychologie, de leur affectivité et de leur inconscient n’est-ce pas le contraire qui serait surprenant ? Combien de futurs mariés font une claire distinction entre “être amoureux” et “aimer” ?

A cela s’ajoute l’absence trop fréquente de cette maturité psychologique et spirituelle qui grandit normalement au fil des années et qui est l’objet même de l’éducation. De nos jours en effet, et surtout dans certains milieux sociologiquement catholiques, l’éducation se confond purement et simplement avec la réussite scolaire.

Une réussite scolaire qui suppose notamment de délaisser l’étude de ce que l’on appelait “les humanités” et qui avaient pour objet de mieux comprendre la nature humaine et donc de mieux se comprendre soi-même. Une réussite scolaire qui monopolise l’essentiel de l’emploi du temps, accapare toute l’attention et jette le discrédit sur tout ce qui est gratuit : vie intérieure et vie relationnelle. Corollaire : plus de temps pour la vie de prière et surtout plus de raison d’y consacrer du temps. Plus de temps à consacrer à autrui, plus de temps pour lâcher prise et plus de temps pour “prêter l’oreille de son cœur à la voix du Seigneur”.

La maturité spirituelle que l’on pourrait espérer trouver dans les milieux catholiques et qui s’acquiert par la prière, la lecture patiente et la méditation régulière de textes littéraires, bibliques et théologiques a pratiquement disparu. Les conséquences de cette atrophie de la liberté intérieure sont d’autant plus tragiques chez ces catholiques que, contrairement à la plupart de leurs contemporains, ils voient dans le mariage un engagement indissoluble.

1/ Oui au divorce, mais avant le mariage !

Comment être libre quand on n’est encore que l’ébauche de soi-même ? Trop souvent en effet la personnalité de ceux qui aspirent à se marier pour l’éternité n’est ni assez affermie, ni assez affirmée. Heureux ceux qui ont pu découvrir progressivement leurs propres contradictions et prendre conscience d’eux-mêmes à mesure qu’ils accumulaient les déboires sentimentaux ! Heureux ceux qui se sont découverts eux-mêmes avant de se marier et non après !

A force de reproduire les mêmes schémas d’échec on finit parfois par comprendre à quel point la peur de ne pas être aimé peut parasiter le discernement et écourter, voire escamoter, la phase indécise mais indispensable de la libre introspection. La peur de rester seul(e) explique que l’on puisse instinctivement s’interdire de laisser se refermer une fenêtre d’opportunité.

Ce mode de fonctionnement, inconscient, ne présume en rien de la sincérité des intéressés. Mais combien ne se connaissent pas encore suffisamment pour comprendre les ressorts de leur comportement ? Combien ne sont encore que l’ébauche d’eux-mêmes et n’en sont pas conscients ?

A l’inverse un séminariste dispose d’au moins sept ans de réflexion pour se mettre au clair sur lui-même c’est-à-dire sur celui qu’il est et sur ce qu’est sa vocation…

Heureux ceux qui ont connu le divorce avant le mariage en découvrant qui ils étaient en vérité et ce qu’ils voulaient. Mais combien n’ont fait la lumière sur eux-même qu’après coup ?

2/ L’échec conjugal : une apocalypse ?

L’échec d’un mariage ne peut pas être vécu autrement que comme une tragédie, car c’en est une. Et encore plus quand il y a des enfants. On peut essayer de la vivre du mieux qu’on peut, c’est-à-dire en fait le moins mal possible, mais il n’y a pas de divorce réussi. Les conséquences et les séquelles ne disparaîtront pas par enchantement. Malheureusement. Parfois le désespoir est tel qu’on vit cette rupture comme la fin du monde et qu’on se dit que c’est l’apocalypse.

Mais c’est aussi l’occasion d’une apocalypse au sens premier et profond du terme : au sens d’une révélation de choses qui étaient cachées jusque là. Comme toute crise, l’échec d’un mariage peut aussi être la révélation d’un certain nombre de vérités qu’on avait plus ou moins occultées ou que l’on ignorait en toute sincérité.

Ce peut être l’éventualité de découvrir que l’on avait pris nos désirs pour des réalités. Que la réalité ne correspond pas à l’image que nous nous en faisions. Que l’autre est autre que ce que nous imaginions et que nous mêmes ne sommes pas celui ou celle que nous pensions.

Cette plaie ouverte, source de tant de souffrances, peut aussi être une brèche par laquelle passe la lumière. Celui qui croyait savoir ce qu’il voulait et ce qu’il lui fallait pour être heureux découvre parfois que ce qu’il voulait n’était pas vraiment ce qu’il lui fallait. C’est la possibilité de comprendre que l’adage selon lequel « on n’est jamais mieux servi que par soi-même » n’est pas toujours vrai. Quand nos désirs sont des illusions c’est le contraire. Dans ce cas là on n’est jamais mieux asservi que par soi-même.

La souffrance elle-même est à la mesure de l’espoir placé dans le mariage. Elle donne la mesure de l’aspiration à aimer et à être aimé qui se trouve dans le cœur humain. L’échec souligne cruellement la disproportion qui existe entre ce besoin d’être aimé parfaitement et l’imperfection de tout amour humain. Il témoigne que le désir d’être aimé est un désir infini que personne ici-bas ne sera jamais en mesure de combler totalement : “Qui donc pourra combler les désirs de mon cœur, répondre à ma demande d’un amour parfait ? Qui sinon toi Seigneur, Dieu de toute bonté ? Toi l’amour absolu de toute éternité ?” s’interrogeait saint Augustin.

L’échec d’un mariage, malgré et avec toutes les tragédies qui l’accompagnent, peut être la « chance » paradoxale de lever le voile sur ce qui était caché et de se découvrir soi-même en vérité. Cette tragédie peut se révéler une apocalypse, au double sens du terme, si elle permet de faire le deuil de ses illusions et de mieux comprendre que notre vocation fondamentale ne pourra se réaliser pleinement et définitivement qu’auprès de Dieu et que c’est le but unique de notre existence. Comme le disait, une fois encore, saint Augustin : “Plus près de toi, mon Dieu, j’aimerais reposer, c’est toi qui m’as créé et tu m’as fait pour toi, mon cœur est sans repos tant qu’il ne demeure en toi”.

2 réflexions au sujet de « La fin d’un mariage ou la possibilité d’une révélation »

  1. Un billet intéressant mais que propose l’Eglise à ceux et celles qui se rendent comptent après que ….
    Je me suis mariée à 22 ans avec celui qui devait combler le désir de mes parents, il me fallait leur donner le fils mort avant ma naissance. J’étais consciente de l’écart entre les qualités (certaines) de ce monsieur et mes propres aspirations , trois ans de chastes fiançailles ne m’ont pas donné la possibilité de savoir qu’être mariée à quelqu’un d’aussi différent serait si difficile … La remarque du prêtre :  » vous avez fait tous les deux de brillantes études, vous savez ce que vous faites » ne m’a été d’aucune aide …
    Après 35 ans de mariage, mon époux a choisi une autre vie et une nouvelle épouse …. L’Eglise me propose d’attendre chastement la mort. Comme toujours j’obéis.
    1. Il existe la possibilité de faire reconnaître la nullité de ce mariage. Cela dit la question me semble plus globalement d’agir en conscience plutôt que d’obéir par habitude. C’est une question où le psychologique, l’affectif et le spirituel sont étroitement imbriqués et où un accompagnateur est très souvent indispensable : accompagnateur ne voulant pas nécessairement dire « prêtre » ou « psychologue ». Ce peut être un(e) ami(e) de longue date, qui vous connaît de l’intérieur, vous comprend, vous aime et ne vous enferme pas dans des catégories. A mon sens ça passe aussi par la prière, la relecture de vie – notamment par l’écriture – la lecture des psaumes, de quelques bons ouvrages de psychologie et de théologie mais surtout la discussion régulière avec une personne de confiance. Bien sûr c’est plus facile à dire qu’à faire. Ce n’est pas une solution toute faite mais le début d’un parcours de libération. Etre heureux n’est pas nécessairement une chose confortable et agir en conscience n’entraîne que rarement l’approbation du monde. Mais c’est de votre vie qu’il s’agit et le Christ vous a donné la liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *