Le temps d'y penser

Un Dieu tourné vers les hommes

Cinquième dimanche du Carême

Livre de Jérémie 31,31-34.

Voici venir des jours, déc

lare le Seigneur, où je conclurai avec la maison d’Israël et avec la maison de Juda une Alliance nouvelle. Ce ne sera pas comme l’Alliance que j’ai conclue avec leurs pères, le jour où je les ai pris par la main pour les faire sortir d’Égypte : mon Alliance, c’est eux qui l’ont rompue, alors que moi, j’avais des droits sur eux. Mais voici quelle sera l’Alliance que je conclurai avec la maison d’Israël quand ces jours-là seront passés, déclare le Seigneur. Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Ils n’auront plus besoin d’instruire chacun son compagnon, ni chacun son frère en disant : « Apprends à connaître le Seigneur ! » Car tous me connaîtront, des plus petits jusqu’aux plus grands, déclare le Seigneur. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés.

Lettre aux Hébreux 5,7-9.

Le Christ, pendant les jours de sa vie mortelle, a présenté, avec un grand cri et dans les larmes, sa prière et sa supplication à Dieu qui pouvait le sauver de la mort; et, parce qu’il s’est soumis en tout, il a été exaucé. Bien qu’il soit le Fils, il a pourtant appris l’obéissance par les souffrances de sa Passion ; et, ainsi conduit à sa perfection, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 12,20-33.

Parmi les Grecs qui étaient montés à Jérusalem pour adorer Dieu durant la Pâque, quelques-uns abordèrent Philippe, qui était de Bethsaïde en Galilée. Ils lui firent cette demande : « Nous voudrions voir Jésus. » Philippe va le dire à André ; et tous deux vont le dire à Jésus. Alors Jésus leur déclare : « L’heure est venue pour le Fils de l’homme d’être glorifié. Amen, amen, je vous le dis : si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il reste seul ; mais s’il meurt, il donne beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perd ; celui qui s’en détache en ce monde la garde pour la vie éternelle. Si quelqu’un veut me servir, qu’il me suive ; et là où je suis, là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert, mon Père l’honorera. Maintenant je suis bouleversé. Que puis-je dire ? Dirai-je : Père, délivre-moi de cette heure ? – Mais non ! C’est pour cela que je suis parvenu à cette heure-ci ! Père, glorifie ton nom ! » Alors, du ciel vint une voix qui disait : « Je l’ai glorifié et je le glorifierai encore. » En l’entendant, la foule qui se tenait là disait que c’était un coup de tonnerre ; d’autres disaient : « buy viagra 200mg C’est un ange qui lui a parlé. » Mais Jésus leur répondit : « Ce n’est pas pour moi que cette voix s’est

fait entendre, c’est pour vous. Voici maintenant que ce monde est jugé ; voici maintenant que le prince de ce monde va être jeté dehors ; et moi, quand j’aurai été élevé de terre, j’attirerai à moi tous les hommes. » Il signifiait par là de quel genre de mort il allait mourir.

Dans la première lecture, Dieu nous parle de l’Alliance Nouvelle. Une Alliance qui ne peut pas se rompre, une Alliance qui est inscrite au plus profond des hommes. Dieu, alors, n’est pas extérieur aux hommes, Il n’est pas qu’un simple « créateur », Il est au milieu des hommes, Il est avec les hommes et en eux. Alors, quelque soit l’attitude des hommes à son égard, Dieu restera avec eux. Il est là, Il se laisse toucher, Il n’est pas un inconnu que les hommes rencontrent, Il est depuis toujours là mais les hommes refusent souvent de le voir. Voici l’Alliance de Dieu avec les hommes : une Alliance d’un Dieu fidèle et aimant, tellement aimant qu’Il pardonne toutes les fautes des hommes, tellement aimant qu’Il va pour cela donner son Fils. Dieu a tant aimé le monde, qu’avant ce don, Il nous a donné les Prophètes, Il nous a donné sa Loi. Et avec Jésus, Il nous a donné un commandement nouveau. Au milieu de nous, Dieu nous accompagne, multiplie les signes et se manifeste constamment par le témoignage des hommes. Loin d’être un Dieu absent, Il est là au milieu de nous pour nous accompagner, Il donne tout ce qu’il peut donner mais sans jamais entraver notre liberté. Ce sont des hommes libres que Dieu veut accueillir. Voici ce que nous donne Dieu. Tout ce que les hommes pourraient lui donner semble bien pâle face à cela ! Dans ce que nous avons à donner à Dieu, notre « part de contrat » se trouve dans la figure de Jésus. Le suivre, c’est nous permettre de vivre l’Alliance de Dieu. « Parce qu’il s’est soumis en tout, il a été exaucé » nous dit Saint Paul dans sa lettre aux Hébreux. Dieu sauve ceux qui lui font confiance, Il leur donne la vie éternelle. N’oublions pas la part d’humanité de Jésus, celui qui a douté, mais finalement, celui qui fait la volonté de son Père. Comme tout homme, Jésus a été confronté à des craintes, des peurs, et notamment celle de perdre sa vie. Mais « celui qui aime sa vie la perd, et celui qui s’en détache la garde pour la vie éternelle ». Tout le monde est attaché à sa vie et cette phrase peut être difficile à intégrer. Mais ce que Jésus nous signifie, c’est qu’il faut être capable de dépasser son regard d’hommes et de savoir faire confiance à Dieu même si certaines choses nous dépassent. Dieu, dans son Alliance, nous parle de la vie éternelle, mais la mort reste quelque chose qui marque une fin. De même, nous devons être capable de changer notre regard sur notre propre vie pour suivre réellement le Christ. Non pas que notre vie et tout ce que nous avons construits n’ait pas de valeur, mais nous ne devons pas nous enfermer dans un immobilisme, dans une impression d’accomplissement. Des objectifs pour notre vie, nous en avons certainement, et tant mieux, quelque soit la nature de ces objectifs. Mais le dépassement, c’est être capable de ne pas faire de ces objectifs des objectifs de

réalisation totale, qui, une fois atteints, nous donne l’impression « d’avoir réussi ». Notre vie ne sera réussie que si nous sommes capables de suivre le Christ, c’est cela le vrai objectif d’accomplissement. Le reste n’a que peu d’importance. Mettre le Christ au centre de nos vies, à la tête de nos priorités, c’est le travail de toute une vie, qui demande un vrai changement dans notre relation aux choses et aux autres. Cela change notre manière de vivre, cela demande que nous changions de vie. Si nous restons attachés à notre vie, c’est là que la vie que nous propose Dieu n’est plus atteignable. Si le grain de blé tombé en terre ne meurt pas, il ne porte pas de fruits. Cette phrase doit guider constamment notre vie, car elle nous oblige à se rendre compte de toute l’exigence pour découvrir la lumière. La graine meurt, oui, et cela nous renvoie à un effort, à une exigence, à la nécessité d’une forme de sacrifice. Mais l’image renvoie aussi à l’intérêt de cet effort, à l’intérêt de ce sacrifice : il a un but. La graine germe et le blé pousse pour sortir de la terre chercher la lumière. Ainsi l’effort d’abandonner notre vie, de revoir nos objectifs a pour but de nous amener vers la lumière. Nous pouvons rester bien au chaud dans nos vies, comme la graine dans la terre, ou tourner notre attention vers la lumière et faire le choix de grandir vers elle. Et dans tous les choix que nous avons à faire, dans toute cette vie tournée vers Dieu, n’oublions pas que tout ce que Dieu a fait, tout ce que le Christ a fait, c’est pour les hommes et c’est par amour pour eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>